Thèse soutenue

Pensée et rationnel : Spinoza

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Salomon Ofman
Direction : Bernard Bourgeois
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

S'interroger sur le rapport du rationnel à la pensée chez Spinoza, c'est d'abord questionner la formalisation mathématique qui caractérise sa pensée philosophique. Nous voulons montrer qu'une telle formalisation n'exclut aucunement l'univers tel que nous le percevons puisqu'au contraire, elle permet d'élaborer des modèles géométriques pour éclairer des points essentiels, tels dieu, les attributs et les modes. Mais surtout, si elle se trouve placée au cœur de la réflexion spinoziste, c'est qu'elle n'est rien d'autre que la pensée même, qui doit, pour être pensée, suivre les critères rigoureux de la formalisation mathématique. Il est dès lors possible de suivre le double chemin de la genèse de la pensée et de ce qui est pensé. Pour fonder son ontologie, Spinoza reprend les bases de la physique de Descartes, ce qui de prime abord apparait paradoxal, en raison de leurs positions philosophiques conflictuelles. Toutefois, une analyse plus précise permet d'établir que le rapport a Descartes est le même en physique et en philosophie. La reprise des lois cartésiennes n'est aucunement pure passivité, elle implique au contraire une profonde transformation de celles-ci, l'objet fondamental étant non plus la chose en tant que telle, mais ses relations aux autres. Il en résulte une physique de la dynamique et non de la statique, d'un monde qui, comme celui de la pensée, est homogène, symétrique, infini. Cependant, l'unité entre la pensée rationnelle et la pensée mathématique pose à toutes deux des difficultés redoutables. C'est pourtant au travers de cette tension même, qu'est mise en lumière l'absolue unité de la pensée spinoziste.