Thèse soutenue

Les relations stratégiques franco-russes de 1892 à 1914

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Murielle Avice-Hanoun
Direction : Jean-Claude Allain
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les relations stratégiques qui, se développent entre la France et la Russie de 1892 à 1914, sont fondées sur une convention militaire, signée le 17 aout 1892, par les chefs d'état-major des deux puissances. La convention militaire devient, de fait, le fondement de la collaboration future des armées française et russe. Pour les utilisateurs, une question se pose quant à l'interprétation de l'article ii, relatif au casus foederis. C'est sous l'impulsion de la France que la convention fait l'objet d'une mise au point, sept ans après sa rédaction. En 1906, les deux chefs d'état-major décident qu'un concert préalable est nécessaire dans le cas d'une mobilisation partielle ou même générale de l’Autriche ou de l’Italie seule. L’Allemagne est considérée comme l'ennemi principal. L'article IV prévoit une concertation régulière des chefs d'état-major qui devient effective en 1900. La préoccupation majeure des militaires français est l'amélioration des voies ferrées russes qui doit permettre une mobilisation plus rapide. Les moyens de correspondance en temps de guerre sont étudiés. Suite à l'abandon des projets de communications par pigeons voyageurs et de câbles sous-marins directs entre la France et la Russie, l'étude d'une correspondance entre par TSF donne lieu à des essais à la veille de la première guerre mondiale. D'essence militaire, l'alliance franco-russe doit s'adapter aux fluctuations de la diplomatie. Elle apparait comme un facteur incontournable du jeu diplomatique au cours des deux décennies précédant les évènements de 1914. Le rapprochement diplomatique et militaire amène la France et la Russie à chercher une meilleure connaissance mutuelle. Pour le ministère français de la guerre, le rapprochement militaire avec la Russie doit s'accompagner de nouvelles perspectives de marches en matière d'armement.