Thèse soutenue

Thérapie génique, suicide des métastases hépatiques du cancer colique chez le rat

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Patrick Baqué
Direction : Bernard Rossi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Nice

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Le cancer colorectal est le plus fréquent des cancers en France, les deux sexes confondus. La gravité de ces tumeurs est liée à l’apparition de métastases diffuses, le plus souvent hépatiques. Le traitement actuel de ces métastases repose sur la chirurgie d’exérèse, rarement possible, et sur la chimiothérapie systémique basée sur l’utilisation di 5-fluorouracile (5-FU). Le gène bactérien cytosine désaminase (CD) code pour une enzyme qui a pour effet de désaminer la cytosine en uracile, permettant ainsi la transformation de la 5-fluorocytosine (5-FC), médicament antifongique non cytotoxique, en 5-FU. Le transfert du gène CD au sein des cellules tumorales permet donc d’obtenir une chimiothérapie ciblée à la tumeur en administrant du 5-FU néosynthétisé aux cellules tumorales sauvages avoisinantes permettant d’induire la destruction (effet bystander local). Pour ce travail, nous avons utilisé un modèle syngénique de métastases hépatiques de cancer colique chez le rat BDIX, généré par injection intra-hépatique de cellules tumorales coliques DHD/K12/PROb (ou PROb). Dans un premier temps, nous avons développé une approche de « vaccination » en injectant des cellules tumorales exprimant le gène CD (PRObCD, ou cellules CD+), puis en traitant les animaux par 5-FC. Cette stratégie nous a permis de démontrer que des tumeurs hépatiques ou sous-cutanées CD+ régressent efficacement sous 5-FC, et qu’une immunité inhibant le développement de nouvelles tumeurs sauvages est déclenchée suite à cette vaccination (vaccination « préventive »). Dans un deuxième temps, nous avons montré que cette réponse immunitaire anti tumorale était suffisamment forte pour induire le rejet d’une tumeur hépatique sauvage synchrone ou préexistante située à distance (vaccination « curative »). Cet effet s’accompagne d’une augmentation significative de la survie des animaux. Ces résultats indiquent donc l’existence d’un effet bystander à distance puissant dans le système suicide CD/5-FC, dont nous avons montré qu’’il était médié par les cellules NK. Dansun troisième temps, et en vue d’applications cliniques futures, nous avons d’une part démontré que l’administration orale de 5-FC était aussi efficace que l’administration parentérale, et d’autre part, nous avons développé des stratégies de transfert de gène dans les métastases hépatiques par injection d’ADN nu et par électroporation des tumeurs in vivo. Ces deux méthodes permettent également d’observer un effet thérapeutique significatif sur la tumeur traitée, accompagné d’un effet bystander à distance systémique.