Thèse soutenue

Les patronages catholiques de garçons dans le diocèse de Nantes, de 1844 à 1965

FR
Auteur / Autrice : Yveline Bernard
Direction : Marcel Launay
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Nantes

Résumé

FR

En 1844, le p e. Peigne fonde le 1er patronage catholique de garcons du diocese de nantes. Celui-ci a pour objectif de regrouper les enfants, les apprentis et les ouvriers pour les maintenir dans la foi, les proteger de la rue et leur offrir des activites de detente. Pendant pres de quarante ans, n. D. De toutes-joies exerce un monopole sur l'encadrement de la jeunesse. Les lois scolaires de 1880/82 entrainent le developpement des patronages paroissiaux. Leur essor est relativement tardif car la priorite est donnee a l'ecole libre. L'implantation de l'acjf dans le diocese en 1902, donne une impulsion aux cercles d'etudes des patronages. La gymnastique et les sports en general, attirent les jeunes et permettent aux oeuvres de se developper entre les deux-guerres. D'autres activites, comme le theatre, le cinema et les colonies de vacances s'ajoutent a leur fonctionnement. La guerre 1914/18 les destabilise mais ne les supprime pas. Au debut des annees trente, l'acs s'implante dans les oeuvres de jeunesse et leur donne une ouverture vers le militantisme. Malgre les difficultes liees a l'occupation, les patronages continuent a fonctionner pendant la seconde gerre mondiale. A la liberation,- les activites repartent. La croissance demographique contribue a augmenter les effectifs des patronages d'ecoliers et des colonies de vacances. Cependant, les methodes pastorales evoluent. La civilisation impose ses lois. La mission generale de nantes, en 1958 met l'accent sur l'acs et neglige les oeuvres traditionnelles. A la veille du concile vatican ii (1963-1965), les patronages d'enfantset de jeunes sont progressivement abandonnes malgre des efforts pour proposer des activites nouvelles dans le cadre des foyers culturels.