Thèse soutenue

Influence de l'exercice physique et de l'immobilisation sur le métabolisme osseux : relation avec les paramètres hormonaux

FR
Auteur / Autrice : Laurent Maimoun
Direction : Jean-Louis LerouxJean-Paul Micallef
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science du mouvement humain. Physiologie
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Montpellier 1
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Montpellier I. Faculté de médecine (1896-2014)

Résumé

FR

En l'absence de toute maladie osseuse, l'os presente une architecture et une densite bien determinees, qui lui permettent de s'adapter aux sollicitations mecaniques qui lui sont appliquees. L'objectif principal de l'etude etait d'etudier le metabolisme osseux pour deux categories de sujets possedant des specificites biomecaniques propres, chez l'athlete masculin d'une part et d'autre part, au cours d'un suivi longitudinal d'environ 18 mois, chez le patient blesse medullaire. L'absorptiometrie biphotonique a rayon-x a ete utilisee pour mesurer la densite minerale osseuse (dmo), tandis que les marqueurs biochimiques ont permis d'evaluer le remodelage osseux. Enfin, nous avons etudie l'implication de parametres hormonaux sur l'homeostasie calcique. Nos resultats indiquent, que chez l'athlete, la dmo est augmentee au niveau des sites osseux mecaniquement sollicites par des impacts au sol, c'est-a-dire principalement pour des activites mettant en jeu le poids du corps. [. . . ] bien que diminuant avec le temps, la demineralisation etait toujours observee a la fin de l'etude. La perte osseuse affectait specifiquement les territoires sous-lesionnels au niveau des membres inferieurs. La colonne lombaire n'etait pas affectee et aucune redistrisbution de la masse osseuse n'etait observee au niveau du crane et des membres superieurs. Si la diminution des sollicitations mecaniques semble jouer un role fondamental dans la perte osseuse, l'alteration de la secretion des androgenes pourrait etre consideree comme un facteur additionnel au cours de la phase aigue. L'axe somatotrope ne semble pas etre implique dans le processus de demineralisation. Il reste neanmoins a determiner si ces variations endocriniennes sont permanentes.