Thèse soutenue

Contribution à l'établissement d'un modèle génétique des gisements d'Imiter (Ag-Hg), Bou Madine (Pb-Zn-Cu-Ag-Au) et Bou Azzer (Co-Ni-As-Au-Ag) dans l'Anti-Atlas marocain

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gilles Levresse
Direction : Alain Cheilletz
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géosciences, matières premières et environnement
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Vandoeuvre-les-Nancy, INPL

Mots clés

FR

Résumé

FR

L’analyse structurale de la zone de faille du gisement Ag-Hg d’Imiter confirme la superposition de deux régimes tectoniques, synchrones de l’épisode argentifère, successivement extensif N-S à gangue siliceuse puis transtensif sénestre. Un réseau filonien rhyolitique caractérisé par des injections dans les plans d’ouverture E-W du premier régime extensif, est associé au dépôt des minéralisations. Les mesures in situ U/Pb sur mono zircon à microsonde ionique CAMECA IMS 1270 ont permis de dater deux événements magmatiques distincts à 572 ± 5 Ma (granodiorite de Taouzzakt) et 550 ± 3 Ma (rhyolite de Takhatert). Les analyses 40Ar/39Ar ont fourni des résultats qui confirment l’existence des deux événements magmatiques et hydrothermaux à Imiter associés à un épisode de minéralisation à métaux de base (563 à 577 Ma) puis épithermal argentifère. Les isotopes du soufre suggèrent deux réservoirs pour cet élément, un réservoir magmatique et un autre métasédimentaire. Les données Re/Os indiquent sans ambiguïté une origine mantellique du stock métal. Les minéralisations Ag-Hg d’Imiter sont interprétées dans le cadre d’un modèle épithermal neutre dont les deux paramètres essentiels sont la présence d’une extension de direction N-S permettant le piégeage des minéralisations et l’injection de magmas rhyolitiques. Ceux-ci fournissent également l’énergie nécessaire au développement des circulations hydrothermales. La datation de la minéralisation des gisements de Bou Madine (553 Ma, U/Pb sur zircon) et de Bou Azzer (533 Ma U/Pb sur zircon du trachyte d’Aghbar et 218 Ma 39Ar/40Ar sur adulaire) montre l’importance de l’événement métallogénique lors de la transition Précambrien/Cambrien et l’existence probable de minéralisations post-cambriennes. L’intégration de l’ensemble de ces résultats dans un modèle géodynamique met en évidence, lors de la transition Précambrien/Cambrien l’évolution de l’Anti-Atlas d’un contexte de marge continentale active à celui d’une marge continentale passive.