Thèse soutenue

L'abbé Maxime Charles, aumônier en Sorbonne (1944-1959)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Samuel Pruvot
Direction : Philippe Levillain
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques

Résumé

FR

Périgourdin de naissance issu d'un milieu familial modeste teinté d'anticléricalisme, Maxime Charles (1908-1993) a répondu à une vocation sacerdotale précoce. Il s'est formé à I'lnstitut catholique de Paris avant de devenir vicaire à Malakoff et aumônier dans les Chantiers dc jeunesse en 1940. Nommé aumônier en Sorbonne par le cardinaI Suhard à la Libération, il va durablement marquer plusieurs générations d'étudiants. Nombreux sont ceux qui, à l'image de Jean-Marie Lustiger, joueront ensuite un rôle déterminant dans l'Eglise. Récapitulant le meilleur du renouveau apostolique et intellectuel du catholicisme français de l'après guerre, Maxime Charles donne à son aumônerie - le Centre Richelieu - une extension inédite. Un rayonnement intellectuel d'abord par le biais de multiples conférences, cours de théologie et publications (le journal Tala-Sorbonne, la revue Résurrection) en lien étroit avec des personnalités comme le P. Jean Daniélou et le P. Louis Bouyer ; une capacité de mobilisation ensuite (et d'actualisation de la foi) au moyen de retraites et de grands rassemblements. L'abbé Charles organise des pèlerinages de masse en direction du Sacré-Cœur de Montmartre, de la cathédrale de Chartres, mais aussi de l'ltalie (FIorence, Assise, Rome), de l'Espagne (Tolède et Avila) et de la Terre sainte. Dans ces expéditions étudiantes, il accorde une place centrale à la culture et aux célébrations liturgiques. Apôtre plein de zèle, Maxime Charles a répondu, dans les années 50, au besoin d'engagement du milieu étudiant en suscitant des "missionnaires" chargés d'annoncer explicitement l'Evangile dans un milieu exacerbé par les tensions idéologiques (Guerre froide, décolonisation, etc. ) et l'hégémonie des militants communistes. Il deviendra en 1959 recteur de Montmartre et pratiquera un "aggiornamento" du sanctuaire. Mais ceci est une autre histoire.