Thèse soutenue

Algorithmes de routage dans les réseaux de liens inter-satellites

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laurent Franck
Direction : Gérard Maral
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences appliquées. Télécommunications et théorie de l'information
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Paris, ENST

Résumé

FR

Le problème du routage consiste à acheminer efficacement des données d'une origine vers une (des) destination(s), qu'elles soient directement connectées ou non. Ce mémoire étudie le routage point à point dans des constellations de satellites non géostationnaires disposant de liens inter-satellites. Le Chapitre 2 présente le concept de routage en dehors d'un quelconque contexte spatial et ensuite l'accent est mis sur les constellations de satellites. Les caractéristiques générales qui peuvent être exhibées par un algorithme de routage sont citées. Le Chapitre 3 présente Leosim, un simulateur de constellations développé durant cette thèse. Ce chapitre couvre également le modèle utilisé tout au long de ce travail. Le chapitre 4 aborde le problème lié à l'adaptativité (optionnelle) du routage aux variations de l'environnement. Ces variations consistent, par exemple, en des modifications du délai de propagation d'un lien ou de la charge d'un lien. Un compromis existe étant donné que la prise en compte des variations de l'environnement complique le calcul de routes, nécessite éventuellement un protocole de signalisation pour les informations de routage décrivant l'état du réseau. Au prix de cette complexité, l'adaptativité permet de calculer des routes plus précises. Les mécanismes de signalisation que l'on peut mettre en oeuvre pour le transport des informations de routage sont couverts dans le chapitre 5. L'évaluation porte sur l'amélioration des décisions de routage par rapport au coût de leur transport. Pour terminer, le chapitre 6 présente la problématique du moment de calcul des routes. Le compromis réside dans l'obtention d'un équilibre entre, d'une part la fréquence des calculs de route qui doit être basse afin de limiter la charge de calcul, et d'autre part la " fraîcheur " des routes qui est proportionnelle à la fréquence de calcul. Un prototype permettant d'évaluer la faisabilité du routage à bord en terme de puissance de calcul nécessaire est également présenté.