Thèse soutenue

Clémenceau écrivain

FR
Auteur / Autrice : Sylvie Brodziak
Direction : Bernard Mouralis
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langue et littérature françaises
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Cergy-Pontoise

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Georges Clemenceau appartient à l'Histoire et le " Père La Victoire " est inscrit à jamais dans la mémoire nationale. Or, à côté de son action politique et publique, Georges Clemenceau a eu une véritable activité d'écriture souterraine, peu ou mal connue. Il nous a semblé important de mettre à jour ces écrits qui vont du roman à la pièce de théâtre en passant par l'essai et la biographie, de nous interroger sur la genèse et la qualité de ses textes et d'essayer de comprendre pourquoi ses écrits, produits par un personnage devenu mythe, ont eu si peu de succès à leur époque et sont demeurés ignorés. Pour cela, nous nous sommes efforcés dans une première partie de mettre en évidence l'importance de l'écriture dans la vie de Georges Clemenceau, de voir en quoi cette écriture continue va s'acheminer du journalisme vers la littérature, après l'expérience déterminante de la traduction du philosophe Stuart Mill et du séjour comme correspondant du Temps aux Etats-Unis à la fin de la Guerre de Sécession. Dans un second temps, nous avons, à la lumière des textes, essayé de déterminer le passage du discours social, terrain stérilisateur de la création littéraire au récit de fiction plus fécond. Ce renversement de perspectives qui s'opère avec la pièce chinoise Le Voile du Bonheur ne fut pas naturel chez Georges Clemenceau et il dut vaincre des réticences autant intellectuelles que philosophiques. En effet, médecin et positiviste, Clemenceau se méfiait de l'imaginaire. Malgré cela, son œuvre s'épanouit lentement autour du " je ", aboutissant à l'introspection toute particulière de la dernière somme qu'est Au Soir de la Pensée. Dans une troisième partie, nous définissons quel est l'univers littéraire de Georges Clemenceau, en le rapprochant du mouvement qu'il reconnaît et conteste : le romantisme et en insistant sur l'ouvrage consacré aux Nymphéas de Claude Monet, qui l'installe définitivement dans l'art de l'écriture. Enfin, nous analysons les réactions et les critiques de ses contemporains pour démontrer d'une part comment Clemenceau s'est coupé du lectorat et comment l'homme politique et l'orateur ont, en partie étouffé l'écrivain que, sans aucun doute, il était.