Thèse soutenue

Effets des sollicitations aérodynamiques sur la croissance et le développement du pin maritime (pinus pinaster Ait. ) : influence sur la morphogenèse aérienne et racinaire, et sur la formation du bois de cœur

FR
Auteur / Autrice : Stéphane Berthier
Direction : Daniel Guitard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences physiques et de l'ingénieur. Sciences du bois
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Bordeaux 1

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Le but de cette thèse est de soulever l'importance de la stimulation des plantes par le vent quotidien dans leur croissance et leur développement, en utilisant le pin maritime (Pinus pinaster Ait. ) comme espèce modèle. Une analyse biomécanique préliminaire détermine les facteurs physiques et biologiques à mettre en relation pour rendre compte qualitativement de la réponse d'un arbre au vent. Une étude expérimentale exploratoire, basée sur un mécanisme de ventilation inédit et spécifiquement intermittent, est ensuite proposée en complément de cet état de l'art. Elle aboutit à plusieurs résultats inattendus. Le premier est le rôle prépondérant de la direction et de la fréquence des stimulations aérodynamiques lorsque celles-ci sont modérées, dans la morphogenèse des tiges et des racines du semis. La répétition confère un caractère sélectif à l'exposition, que l'abrasion éolienne semble accroître. Les semis artificiellement ventilés développent par ailleurs un héliotropisme et une réponse gravitropique au basculement exacerbés par rapport aux conditions naturelles de croissance. Leur seconde réaction remarquable est une augmentation globale de croissance, attribuée à une amélioration des transferts de masse entre les organes assimilateurs et l'air. Pour finir, une investigation dendrométrique de la structure interne du tronc chez l'arbre adulte est abordée en relation avec son exposition aux vents dominants. L'hypothèse d'une contribution des sollicitations mécaniques de l'aubier à la formation irrégulière du duramen chez cette espèce, notamment celles induites par le vent quotidien (fatigue) ou les tempêtes (rupture), est alors proposée. Mais en dépit de nombreux indices favorables à cette théorie, d'autres facteurs physiques et physiologiques sont également explicatifs, comme ceux concernant l'activité hydraulique de l'aubier.