Thèse soutenue

Variabilité génétique et biologie reproductive de rosiers dihaploi͏̈des et tetraploi͏̈des ; application à la sélection du rosier cultivé

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laurent Crespel
Direction : Serge Gudin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des organismes
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Aix-Marseille 3

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Le rosier cultivé. Posa hybrida L. , tétraploi͏̈de (2n = 4x = 28) a été haploi͏̈disé au cours de la dernière décennie. Les formes dihaploi͏̈des obtenues ont été au cours de cette étude hybridées avec des espèces sauvages diploi͏̈des aux ressources génétiques peu exploitées. Des analyses moléculaire, cytologique et morphologique de descendances issues de ces croisements ont permis d'aboutir à une meilleure connaissance de : - la reproduction sexuée des dihaploi͏̈des et de leurs hybrides. L'étude de la gamétogenèse a mis en évidence la production, par les dihaploi͏̈des, de gamètes mâles et femelles 2n de types SDR-CO, SDR-NCO, FDR-CO et FDR-NCO. Les proportions produites d'un type ou d'un autre de gamètes 2n sont génotype-dépendantes. Cette aptitude à produire des gamètes 2n est transmise à la descendance, permettant ainsi un retour au niveau tétraploi͏̈de. Les conséquences génétiques des différents types de gamètes produits ont été étudiées, notamment quant aux niveaux d'hétérozygotie parentale transmis dans les descendances. - la génétique du genre Rosa. Trois caractères qualitatifs et un caractère quantitatif ont été suivis en ségrégation dans les descendances diploi͏̈des. La duplicature de la corolle et la non remontance sont contrôlées par un gène dominant, la couleur rosé de la fleur par deux gènes complémentaires dominants. Un déterminisme oligogénique a été mis en évidence concernant la quantité d'épines sur les tiges. - l'organisation et du fonctionnement du génome du genre Rosa. A partir d'une descendance diploi͏̈de issue du croisement entre un dihaploi͏̈de et R. Wichuraiana, deux cartes génétiques, mâle et femelle, ont été construites à l'aide de marqueurs AFLP. Les gènes responsables de la duplicature et de la non remontance ont été positionnés sur les cartes mâle et femelle, les marqueurs les plus proches étant situés à 4,7 et 0 cM, respectivement. Concernant la quantité d'épines, un QTL majeur et un QTL mineur ont été localisés sur la carte mâle.