Thèse soutenue

Etude quantitative du dégraissant de céramiques préhistoriques de Provence par analyse d'images : essai de différenciation typologique, culturelle et chronologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gilles Durrenmath
Direction : Robert Chenorkian
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Environnement, sociétés, économies préhistoriques
Date : Soutenance en 2001
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les céramiques néolithiques sont constituées d'un mélange d'argile et de minéraux non plastiques que l'on nomme dégraissant. Ce sont les caractéristiques quantitatives de ces minéraux, complétées par leur identification minéralogique, qui sont au coeur de ce travail. L'étude quantitative fait appel à l'analyse d'images qui permet de systématiser la prise de mesure sans destruction des tessons. Après avoir apprécié la fiabilité du procédé, une série d'analyses est menée sur du mobilier du néolithique moyen et final de Provence. La définition d'un champs des possibles en matière d'action sur le dégraissant conduit à l'établissement d'un échantillonnage autorisant une exploitation comparative des résultats dans une double perspective : technologique et chrono-culturelle. Sur le plan technologique, deux modalités de sélection et préparation des terres ont été reconnues. Il a été observé, d'autre part, que les ajouts de dégraissant se font selon une multitude d'options indépendantes de ce que l'on considère classiquement comme des contraintes techniques et ne traduisent pas systématiquement des traitements particuliers corrélés à la typologie. Les comparaisons culturelles démontrent le pouvoir discriminant des mesures réalisées, à partir desquelles une description des modalités quantitatives du dégraissant propre à chacun des quatre groupes culturels étudiés est proposée. Cet exament met aussi en avant certains indices de continuité diachronique des pratiques techniques. Toutefois, au coeur de cette permanence, une modification progressive des manières de faire à été perçue, qui, replacée dans le contexte du néolithique final, pourrait illustrer d'un nouveau fait la notion de continuité du milieu technique. L'hypothèse d'une relation entre cette transformation du traitement du dégraissant et le développement de la métallurgie est examinée, démontrant que l'exament maîtrisé d'un trait technique peut produire des informations plus générales sur les sociétés du passé.