Thèse soutenue

Fondements métapsychologiques du concept d'intelligence : de la théorie freudienne à la clinique de l'arriération mentale

FR
Auteur / Autrice : Norbert Zemmour
Direction : Jean-Jacques Rassial
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychanalyse et psychopathologie
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 13

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

La pratique clinique, en particulier celle qui concerne les états déficitaires, implique l'usage de la notion d'intelligence. La psychologie et les sciences cognitives n'ont pas produit de conception de l'intelligence suffisament délimitée et opératoire sur la plan psychopathologique : elles se fondent sur le modèle biologique de l'adaptation et sur une utilisation restrictive de la ntion de fonction symbolique. Avec Freud, en rupture avec le concept d'adaptation, la psychanalyse propose un modèle de l'appareil psychique liant une expérience corporelle et une pratique de la langue qui impose sa logique. Cette approche permet de concevoir une véritable psychogénèse de la pensée et une métapsychologie des actes cognitifs. Elle autorise aussi à questionner les sciences cognitives. En intégrant l'apport de M. Klein et de J. Lacan, les concepts de forclusion, refoulement, (dé)-négation, clivage, peuvent ^etre pensés comme des opérations psychiques. Leur mise en jeu va permettre qu'un sujet constitue son rapport au monde, son lien à lui-m^eme et aux autres. Si la structure psychique peut s'ecrire comme nouage R. S. I. , il est alors possible de lier structure et intelligence et de dégager à travers quelques cas cliniques les processus qui peuvent mener à des états déficitaires. L'intelligence peut alors ^etre pensée comme une fonction sinthomale.