Thèse soutenue

Histoire du probleme des parties repetees, de la morphologie idealiste a la genetique du developpement

FR
Auteur / Autrice : Stéphane Schmitt
Direction : Michel Morange
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 7

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR

La question des parties repetees des organismes occupe les savants depuis deux siecles : quelle signification donner a des organes d'un meme individu batis selon le meme modele, comme les bras et les jambes, ou les segments d'un ver de terre ? a ce probleme, diverses solutions ont ete proposees des le debut du dix-neuvieme siecle. Ainsi, certains naturalistes, allemands surtout, ont cru deceler une hierarchie des parties d'un organisme, les plus complexes etant un resume des plus simples. D'autres ont imagine l'existence d'une partie type, ideale, dont les parties reelles seraient autant de projections variees. D'autres encore ont considere les organismes comme des colonies d'organismes d'ordre inferieur accoles. Toutes ces explications, et d'autres encore, ont ete invoquees sous des formes diverses au cours des deux derniers siecles. L'objet de notre travail a ete de retracer l'histoire conceptuelle de ces questions. Nous avons pu constater a cet egard une remarquable continuite des concepts relatifs a la repetition des parties en biologie au cours de cette longue periode, alors meme que les sciences naturelles subissaient de profonds changements : la diffusion de l'hypothese transformiste apres 1859, le developpement des approches experimentales vers la meme epoque, la naissance de la genetique, de la biologie moleculaire, etc. Nous nous sommes donc attache a analyser les elements de cette continuite, tout en essayant de montrer combien ces travaux sur les parties repetees ont joue un role primordial dans les sciences de la forme vivante, qu'il s'agisse de l'elaboration et de l'evolution des concepts, ou de l'etablissement de programmes experimentaux de recherche.