Thèse soutenue

La poétique de l'île dans l'œuvre romanesque de Cervantès

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Isabelle Rouane Soupault
Direction : Jean-Pierre Étienne
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études ibériques
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 4

Mots clés

FR

Résumé

FR

L'espace romanesque de l'ile apparait en de multiples occurrences dans les œuvres de Cervantès. Les iles de la réalité géographique y côtoient celles qui relèvent d'une topographie imaginaire. En analysant ces espaces dans les fictions, il est possible de retrouver l'héritage des traditions grecques et byzantines ainsi que l'influence des […]. L’archipel cervantin, renvoie aux invariants du thème de l'insularité, tels que le mythe des origines ou l'utopie. Cependant, l'ile subit chez Cervantès un traitement original qui est patent dès le stade de la création onomastique et qui est le reflet d'une dimension symbolique propre à l'auteur du don Quichotte. Cervantès s'appuie sur la dualité naturelle de l'ile inhérente aux deux éléments « eau » et « terre » qui la composent, pour exprimer les caractéristiques d'une anthropologie pessimiste : une esthétique de l'espace et du temps et une éthique de la désillusion qui mettent en évidence la fragilité de toute ambition humaine et sa nature éphémère. L'ile est un lieu privilégié de l'aventure pour le héros romanesque. Toutefois, Cervantès imagine des dénouements aux épisodes insulaires qui contribuent à faire de l'ile une étape nécessaire sur le chemin de la connaissance. Enfin, il y a manifestement une adéquation, dans le roman, entre la nature physique de l'ile et les fonctions narratives qu'elle y occupe. L'ile est un élément incluant ou isolant. Elle favorise l'insertion de récits secondaires, autonomes ou pas, dans la trame romanesque. L'ile est un jalon textuel de l'écriture ainsi « mise en archipel ». Par une allégorie de la clôture, elle devient une métaphore du livre lui-même.