Thèse soutenue

Retour d'exil : les anciens communards au début de la troisième république

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laure Godineau
Direction : Jean-Louis Robert
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR

Ce travail porte sur le retour en France des exilés et des déportés de la commune de Paris de 1871, et sur leur devenir dans la décennie qui suivit. Il considère d'abord le retour et ses enjeux politiques à travers la question de l'amnistie, la formation des comités d'aide, et les arrivées. La lutte en faveur de l'amnistie des contumaces refugiés à l'étranger, et des condamnés envoyés en Nouvelle-Calédonie occupe une partie importante de la vie politique des années 1870. À côté de la littérature, les débats parlementaires et de presse, et la mobilisation pro-amnistie des années 1878-1880 ont dessiné des images diverses et souvent antithétiques des ex-communards. L'amnistie de 1880 devait être une mesure de réconciliation nationale, reléguant la guerre civile dans l'oubli. Nous montrons, en privilégiant le cas des anciens élus de la commune, que le retour ne fut ni facile matériellement, ni simple politiquement. L'accueil, la réinstallation, en particulier professionnelle, donnent lieu à des trajectoires très diverses dans les années 1880. L'étude distingue les "retours" qui vécurent désormais en retrait de la scène politique, de ceux qui reprirent une activité politique dans la France républicaine, et étudient les voies que suivirent ces derniers, jusqu'à la crise boulangiste. Elle s'attache à montrer comment intervenaient 1871 et surtout les années passées en exil ou en Nouvelle-Calédonie. Enfin, ce travail analyse les liens entre anciens communards et mémoire et souvenir de l'insurrection et de la répression.