Thèse soutenue

Méfiance cordiale : les relations franco-espagnoles au début du XXe siècle (1899-1914)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Marc Delaunay
Direction : Jean-Claude Allain
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

La période étudiée dévoile une importante évolution des relations entre la France vaincue 1871, humiliée à Fachoda (1898), et l’Espagne écrasée par les États-Unis (1898) et bousculée par l’Allemagne (1899). Le système d'ententes que Delcasse veut mettre en place réévalue les rapports avec le royaume ibérique, en lui accordant une place importante - voire majeure, en Afrique du nord - dans une politique extérieure qui vise à isoler l’Allemagne. Règlements et partages coloniaux vont se succéder non sans échecs et frictions, sous le patronage du Royaume-Uni intégré aux perspectives diplomatiques et stratégiques françaises. Après la convention de juin 1900 sur le Sahara occidental et l’Afrique équatoriale. Paris et Madrid vont s'entendre secrètement à propos d'un partage du Maroc en zone d'influence (octobre 1904). Cette politique d'expansion active heurtera à des résistances locales soutenues partiellement par une Allemagne de plus en plus marginalisée et agressive qui, après une semonce (Tanger 1905), devra être dédommagée pour son désengagement (1911), permettant ainsi aux deux puissances limitrophes de l'empire chérifien de s'entendre en novembre 1912 malgré l'échec de négociations parallèles- avec l’Angleterre - sur le statut définitif de la ville de Tanger, ce nouveau voisinage africain, inédit, ne peut faire oublier le voisinage ancien des Pyrénées. L'interpénétration des intérêts économiques - très inégaux, au regard l'importance dominante des investissements français en Espagne - et le dynamisme des espagnols en passe de devenir alors une communauté étrangère majeure dans une France démographiquement fragile, sont étudiées ainsi que l'extraordinaire variété des pratiques et des rencontres culturelles - intellectuelles, artistiques et ludiques - qui ont fait des deux pays concernés des horizons majeurs et indépassables l'un pour l'autre, durant un demi-siècle, jusqu'à la décolonisation des années 1950-1960