Thèse soutenue

Le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (Rome) entre régulation et convention : une analyse critique d'un outil de la politique de l'emploi

FR
Auteur / Autrice : Jean-Marc Bidaux
Direction : Christian Le Bas
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Lyon 2

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Depuis le début des années 1970, l'Agence Nationale Pour l'Emploi utilise son Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) pour classer et rapprocher les offres et les demandes d'emploi. Au début des années 1990, ce Répertoire a fait l'objet d'un changement significatif. Parce qu'elle intègre au mieux l'établissement de la relation de travail ("rapport salarial"), la politique étatique en direction de l'emploi et la perspective historique, la Théorie de la régulation apparaît comme le meilleur cadre théorique pour analyser cette évolution. Enrichie du questionnement que lui apporte sa confrontation avec l'Économie des conventions, ce cadre permet de mettre en évidence qu'au centre du passage de l'ancien au nouveau Rome se trouve un double mouvement : celui de la qualification à la compétence d'une part, celui d'une logique de "regroupement" à une logique d'"agrégat" quant à la construction de la nomenclature ROME, d'autre part. Dès lors, ce passage apparaît comme un changement significatif de la codification des mobilités professionnelles. Il peut être caractérisé comme passage d'une codification de forme "carrière" à une codification de forme "flexibilité", au sein de laquelle l'action de l'État joue donc un rôle central.