Thèse soutenue

L'écriture poétique de José Cruset

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Pierre Alric
Direction : Évelyne Martin-Hernandez
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études ibériques
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Clermont-Ferrand 2

Résumé

FR

La première partie présente la biographie et l'oeuvre de Cruset, poète né en Catalogne en 1912 et mort en 1998. Sa production est située dans son contexte historique (1944-1962 essentiellement) d'une part en fonction de l'héritage dont il a pu bénéficier de ceux qui l'ont précédé (les classiques et les poètes de la 1ère moitié du siècle) et d'autre part à partir de ces termes : vie et mort, dieu et seigneur, azur et mer, amours et corps, poème et voix. Cette partie parle aussi de l'histoire poétique de l'après-guerre, des revues de poésie et de la difficulté d'écrire dans une autre langue que le castillan, en Espagne à cette période. La 2e partie est consacrée à l'analyse de l'oeuvre poétique proprement dite, aborde le versant religieux ou métaphysique de son oeuvre, sous le titre "les visages de Dieu", puis le versant "la poésie d'amour" avec le jeu des personnes des verbes et de l'évocation du corps. Un autre chapitre est consacré à "la poésie de circonstances" et le dernier analyse "le métalangage et la poésie chez Cruset. L'ensemble converge vers une définition de la voix de ce poète qui se caractérise par son adéquation avec son époque et une manière personnelle de s'y inscrire. C'est ainsi que se mêlent mort et enfance, azur, corps, et mer dans un prolongement de la tradition moderniste portée par une voix pleine de spiritualité peu en retrait sur les événements de son temps. C'est la quête d'harmonie et de sérénité qui la définirait le mieux dans une époque où la censure et l'autocensure limitent les possibilités d'expression et où le souvenir de la guerre est trop proche pour être évoqué sans précautions et trop présent pour être oublié. Cette quête débouche sur la soif d'un impossible absolu auquel s'identifient l'amour religieux et l'amour profane. La poésie est le lieu de cet amour