Thèse soutenue

La pensée keynésienne et les problèmes financiers du développement

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Vladimir Ombolo Mvogo Ayissi
Direction : Frédéric Poulon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Bordeaux 4
Jury : Président / Présidente : Frédéric Poulon
Examinateurs / Examinatrices : Frédéric Poulon, Gérard Grellet, Michel Lelart, Marc Penouil, Michel Zerbato
Rapporteurs / Rapporteuses : Gérard Grellet, Michel Lelart

Résumé

FR

L'etude montre que la pensee keynesienne est applicable aux problemes financiers du developpement. Les problemes financiers du developpement sont ainsi apprehendes a travers les ecrits de keynes sur la monnaie indienne et les reparations allemandes. Ils sont egalement examines a la lumiere des concepts revolutionnaires de la theorie generale et du plan keynes de 1943. Cependant, l'analyse keynesienne des problemes financiers du developpement a des limites. Il s'agit des contraintes structurelles et macroeconomiques qui en reduisent la pertinence. En outre, la theorie keynesienne est en contradiction avec les programmes d'ajustement structurels. Toutefois, la macroeconomie post keynesienne permet de depasser ces limites. L'approche post keynesienne debouche sur une analyse du financement interne du developpement fondee sur l'absence d'une contrainte d'epargne prealable et la monnaie de credit endogene. Dans l'optique keynesienne, le dogme du libre-echange doit etre remis en cause. Les pays en developpement doivent reduire leurs importations a l'essentiel. Les deficits de balances des paiements supposent que la contrainte de l'ajustement s'exerce aussi bien sur les pays deficitairesque les pays excedentaires. Cela implique une reforme du systeme monetaire international qui supprime l'asymetrie des paiements internationaux. Enfin, la theorie keynesienne du circuit prolonge l'analyse keynesienne des transferts et aboutit a une notion elargie de la capacite de transfert. Elle propose une reponse a la crise d'endettement des pays en developpement. Les similitudes entre les theories monetaires keynesienne et schumpeterienne justifient un essai de synthese entre les deux auteurs.