Thèse soutenue

Auto et allo-poïèse dans le système-classe : étude systémique comparative d'organisations de classes Freinet et de classes normales du système éducatif français

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Richard Ortali
Direction : Pierre Clanché
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Bordeaux 2
Jury : Président / Présidente : Jean-Claude Sallaberry
Examinateurs / Examinatrices : Pierre Clanché, Jean-Claude Sallaberry, Bernard Hostein, Alain Jeannel, Robert Vallée

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse propose une comparaison des classes Freinet et des classes normales de l'école primaire française à travers une modélisation systémique. Cette modélisation envisage les systèmes-classes du point de vue de leur organisation et de leurs structures. Elle représente la classe comme un réseau dynamique de processeurs et elle permet de décrire son fonctionnement à travers les interrelations entre ces processeurs. Cette étude porte sur neuf classes dont cinq sont des classes Freinet. Elle a permis de discriminer deux types d'organisations de classe qui se situent dans deux paradigmes différents. Les classes normales appartiennent au paradigme de la << machine à intrant >> qui est un système classique fonctionnant par entrées et sorties. Elles sont allo poïétiques, c'est-à-dire conçues et pilotées de l'extérieur. Les classes Freinet appartiennent au paradigme de l'autopoïèse défini par H. Maturana et F. Varela. Elles sont auto poïétiques, c'est-à-dire qu'elles se produisent elles-mêmes en transformant les enfants qui sont leurs principaux composants. Elles sont pilotées de l'intérieur. Le fonctionnement de ces classes est caractérisé par une autoréférence et une redondance importantes ainsi que par des mécanismes de << clôture opérationnelle >>. Le modèle rend compte des différences qui existent dans les mécanismes d'apprentissage, de pilotage et de traitement de l'information mis en place dans chaque type de pédagogie. Il montre aussi que toutes les classes observées sont des systèmes chaotiques, soumis à la << sensitivité aux conditions initiales >>. Ce travail essaie de fournir une définition opératoire de l'organisation des classes de l'école primaire. Il tente de façon pragmatique de renouveler le vieux débat, qui reste idéologique, entre les méthodes pédagogiques classiques et la méthode Freinet; il reconsidère ces pédagogies à la lumière de la théorie systémique et des théories de l'auto-organisation.