Thèse soutenue

Détermination de la courbe de structure par terme des taux d'intérêt, prise en compte du risque et évaluation des obligations convertibles

FR
Auteur / Autrice : Jean-Christophe Meyfredi
Direction : Claude Bensoussan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Aix-Marseille 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Les emissions des obligations convertibles ne cessent de croitre chaque annee, denotant le large interet que le titre procure, aussi bien aux emetteurs qu'aux investisseurs. Pourtant, si leurs avantages sont largement connus et discutes dans la litterature, leur appreciation semble poser un probleme encore complexe. Nous avons recherche a ameliorer l'evaluation des titres de maniere a ce que le decalage existant entre les prix issus du modele et ceux reellement observes soit minimum. Deux approches ont traditionnellement pu etre developpees. Nous avons retenu une methode d'evaluation globale sans proceder a la dissociation du titre en ses differentes composantes. En effet, la presence de clauses de remboursement anticipe necessite la recherche de composantes supplementaires, pour lesquelles il n'existe pas de solutions analytiques, remettant en cause l'usage d'une approche dissociee. La methodologie developpee, realisee en temps discret, permet une mise en oeuvre pratique tres aisee qui s'accompagne d'une grande rigueur theorique. Le modele que nous avons propose requiert deux taux d'interet. Le premier doit permettre l'evaluation des flux verses hors risque de defaillance de l'emetteur. L'application d'une methode purement empirique representee par les reseaux de neurones ou un modele d'equilibre comme celui de vasicek nous ont permis d'obtenir de tres bons resultats sur un echantillon d'obligations du secteur prive. Le second, quant a lui, integre ce risque de defaillance. Nous avons retenu un modele developpe par longstaff et schwartz qui paraissait etre le plus proche de la realite du marche. Les tests que nous avons realises ont pu montrer que les decalages existants sont tres faibles comparativement a ceux obtenus par d'autres auteurs. Des recherches futures amelioreraient la modelisation si nous approfondissions l'appreciation des taux d'interet pour diminuer encore l'erreur d'estimation, si nous recherchions l'integration de certaines imperfections,. . .