Thèse soutenue

Introduction à une approche politique de l'occidentalisation du bouddhisme

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Raphaël Liogier
Direction : Bruno Étienne
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Aix-Marseille 3

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Souvent perçu comme un culte asocial, le bouddhisme fut en fait, dès son origine, associé à la contestation du système brahmamique des castes. Les formes qui ont pénétré la société occidentale depuis les années cinquante ont été au préalable occidentalisées en Asie mêe, s'affirmant comme rationnelles, nationalistes et/ou marxistes, anti-impérialistes, transformant la critique des castes en remise en cause des classes, au mépris de la réalité traditionnelle et en réaction contre la colonisation. Nous avons d'abord analysé le processus de cette occidentalisation en Asie, dans sa teneur politique, condition préalable de la transplantation du bouddhisme en terre occidentale. A l'heure actuelle, après les discrédits jetés sur les idéologies d'inspiration capitaliste et communiste, les courants bouddhistes occidentalisés qui sont aussi maintenant implantés en Occident, recomposent leurs discours et leurs réseaux institutionnels à travers une double stratégie par le haut et par le bas qui s'accompagne de la production et de la diffusion d'une idéologie présentée comme une troisième voie que nous avons qualifié d'individuo-mondialisme. Par le haut, des leaders charismatiques mobilisent les populations et institutions occidentales, ainsi que les organisations internationales, sur des causes humanitaires, et par le bas, ils participent à la sensibilisation de ces mêmes populations à la pratique spirituelle bouddhiste. Cette double stratégie a des conséquences qui ne sont pas maitrisées par les leaders, entre autre l'émergence d'une culture politique spécifique en Occident qui a des effets sur le vote des populations concernées. En outre, l'interaction entre des intérêts politiques internationaux ou plutôt transnationaux et l'évolution du croire contemporain, dont bénéficie largement le bouddhisme occidentalisé, confère à certains activistes, tels que le Dalai-Lama, Daisaku Ikeda ou Thich Nhat Hanh, les statuts d'autorité morale et de leader d'opinion