Thèse soutenue

L'espace socio-acoustique urbain : l'approche sociologique du bruit dans les milieux de transport public urbain : l'exemple des aéroports

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mathias Nadaluti
Direction : Anne Sauvageot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Toulouse 2

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Au lieu de percevoir le bruit comme nuisance comme on le fait de nos jours - le grand essor industriel en est la cause depuis la révolution industrielle du XIXe siècle -, on préfère se concentrer sur son rôle social et socialisant. On essaie de montrer comment le bruit, simple objet si on ose le dire, peut générer d'autres facteurs de socialisation plus importants, à la fois physique - le temps et l'espace acoustiques - et psychique - l'imaginaire, l'éthique et l'habitus. L'observation a été faite dans les lieux publics de l'intérieur des aéroports. On essaie de mieux connaître les relations acoustiques entre les passagers et le personnel et l'environnement sonore, la manière dont ils le perçoivent. Les résultats de l'enquête montrent, avec surprise, que les passagers et le personnel semblent apprécier l'environnement sonore bien qu'ils le trouvent bruyant et stressant. Cela est d'autant plus intéressant que l'environnement sonore est perçu de plusieurs manières selon l'échelle socioprofessionnelle, l'âge, la fréquence. Les professionnels des classes supérieures semblent être familiers car ils considèrent l'aéroport comme un second bureau. Mais ils sont aussi témoin de la modification de l'environnement sonore depuis 50 ans (la restructuration architectonique modifiant l'environnement sonore - certains bruits qui ont disparu et d'autres qui ont émergé). De l'autre côté, les étudiants, nés avec la nouvelle génération des aéroports (plus isolés et plus technologiques) avec de nouveaux bruits, ont acquis leurs propres imaginaire et éthique. Ils ont été formés par l'environnement sonore, on peut parler de l'habitus. Du point de vue sociologique, on peut utiliser le concept de difféomorphologisation puisque le bruit, comme forme acoustique, peut différer selon la façon dont plusieurs classes de passagers et du personnel le perçoivent. En somme, on ne doit pas oublier que le principal facteur socialisant de l'espace socio-acoustique est le temps acoustique.