Thèse soutenue

Rifts de Corinthe et d'Evvia (Grèce) : structure lithosphérique par tomographie télésismique et gravimétrie

FR
Auteur / Autrice : Christel Tiberi
Direction : Hélène Lyon-Caen
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géophysique
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Paris 7

Résumé

FR

En 1996, un reseau sismologique temporaire d'environ 40 stations a ete installe dans la region des rifts de corinthe et d'evvia (grece). Dans cette etude, nous avons procede a une inversion tomographique sur 177 teleseismes, afin de contraindre les structures lithospheriques associees a ces rifts. 2319 premieres arrivees, pointees par cross-correlation multiple, ont ete inversees par deux methodes (ach et non-lineaire). Deux caracteristiques ressortent des inversions : une anomalie de vitesse rapide, visible de 70 a 200 km de profondeur, est rattachee a la plaque plongeante africaine, et on observe des anomalies de vitesse superficielles dans les 40 premiers kilometres de notre modele. Des tests synthetiques montrent que la plaque africaine est presente apres 200 km de profondeur, et que les anomalies superficielles sont dues a des structures reelles, non a des artefacts. Trois hypotheses sont proposees pour les expliquer : un epaississement crustal provenant des hellenides au sud-ouest de notre reseau, un amincissement crustal sous la cote nord du golfe de corinthe, l'influence de nappes geologiques. Afin de contraindre ces structures, une inversion gravimetrique a ete faite, et donne les variations topographiques possibles du moho. Les resultats obtenus sont coherents avec ceux de la tomographie, notamment deux amincissements crustaux (4 km) de chaque cote du golfe de corinthe se correlent avec l'emplacement de vitesses rapides. Nous interpretons ces remontees possibles du manteau comme provenant d'instabilites lithospheriques creees par l'extension egeenne au miocene. Ces remontees auraient pu favoriser l'initiation et la position actuelle du golfe de corinthe. Les conditions aux limites a l'ouest du golfe pourraient expliquer le decalage entre le golfe et la remontee mantellique au nord. Ce decalage est coherent avec l'existence d'une faille subhorizontale a 10 km de profondeur, deja proposee par des etudes sismologiques anterieures.