Thèse soutenue

Le dragon dans la Chine antique, étude iconographique des origines à la dynastie Shang (env. XVè- env. XIè siècles av. J. -C. )

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Xiaohong Li
Direction : Flora Blanchon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Art et archéologie
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR

La première partie présente un inventaire iconographique : recherche des motifs dragoniformes sur les objets trouvés dans les sites antérieurs aux Shang et comparaison des différents motifs, puis description systématique d'une centaine de pièces (principalement en bronze et en jade mais aussi en marbre et en os) appartenant aux Shang. Du support dépend beaucoup le type de représentation. La seconde partie tente une étude typologique des représentations soit à partir d'éléments constitutifs du corps du dragon (œil cornés, gueule ouverte ou fermée, bec d'oiseau, pattes, écailles de poisson) lorsque le dragon n'est représenté que partiellement, soit à partir de sa forme quand il est représenté intégralement (corps délié, corps lové, corps statique ou en mouvement). Examen également des conventions esthétiques : une ou deux têtes, tête disproportionnée par rapport au corps, loi du cadre. A partir de cet ensemble, on tente de retracer l'évolution des formes pendant cinq siècles tout en soulignant les différences résultant des influences géographiques. La troisième partie est consacrée à l'interprétation du motif du dragon en comparaison avec les autres motifs décoratifs que l'on trouve sur les pièces en bronze et en jade. Le dragon, animal mythique qui emprunte nombre d'éléments à des animaux réels, apparait comme l'animal le plus représenté. La diversité des formes et la richesse des motifs de la fin des Shang disparaitront rapidement au début des Zhou, signe que, peut-être, le dragon a perdu une partie de son acceptation religieuse.