Thèse soutenue

Les artistes brésiliens et les "Prix de voyage en Europe" à la fin du XIXe siècle : vision d'ensemble et étude approfondie sur le peintre Eliseu d'Angelo Visconti (1866-1944)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ana Maria Tavares Cavalcanti
Direction : Éric Darragon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Art et archéologie
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR

Cette thèse aborde le sujet des prix de voyage en Europe décernés après concours aux artistes brésiliens élevés de l'academia imperial de Belas Artes de Rio de Janeiro. Elle se compose de deux parties. La premiere présente une vision d'ensemble sur les artistes brésiliens, lauréats des concours de l'académie ou pensionnaires de l'empereur Dom Pedro II, venus perfectionner leur art à Paris ou à Rome pendant la période de 1845 à 1887. La seconde partie de la thèse est une étude approfondie sur le peintre Eliseu d'Angelo Visconti (1866-1944), lauréat du concours de prix de voyage de 1892, premier pensionnaire de l'Escola nacional de Belas Artes de Rio de Janeiro, nouvelle appellation de l'ancienne academia imperial, après la proclamation de la république au Brésil, ces parties se complètent, car l'étude sur les prix de voyage situe le peintre Eliseu Visconti dans le contexte de sa formation recue à l'Academia imperial de belas artes. De plus, l'analyse de l'oeuvre de Visconti et de l'influence qu'il a reçue de l'art francais, ainsi que l'examen des diverses interpretations critiques sur sa peinture, rendent possible un approfondissement de la réflexion sur les voyages d'études des artistes brésiliens en Europe. Parmi les contributions que cette thèse apporte à l'histoire de l'art au Brésil, il y en a deux qui doivent être signalées. D'une part, elle organise les informations sur les concours et les activités des pensionnaires brésiliens en Europe, informations jusqu'aujourd'hui dispersées dans les archives. D'autre part, elle propose une reflexion sur l'interprétation courante de cette période de l'histoire de l'art brésilien, vivement influencée par la logique moderniste qui refusa toute valeur à l'art académique. L'auteur propose un regard plus ouvert sur la production artistique brésilienne anterieure à l'avenement des modernistes en 1922.