Thèse soutenue

Alcaloïdes de galipea officinalis hancok (rutaceae) et évaluation de leurs potentialités biologiques

FR
Auteur / Autrice : Ingrid Jacquemond-Collet
Direction : Isabelle Fourasté-RoyEdouard Stanislas
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences des agroressources
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Toulouse, INPT

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Galipea officinalis hancock (rutaceae) est un arbrisseau originaire du venezuela, ou il croit sur les hautes montagnes, dans les forets des rives de l'orenoque et surtout au voisinage du caroni, l'un des affluents de ce fleuve. La drogue, plus connue sous le nom d'angusture, est constituee par l'ecorce de tronc. En medecine traditionnelle, elle est reputee stimulante, tonique et febrifuge. Des premiers travaux ont demontre l'extraordinaire potentiel alcaloidique de cette plante, en particulier sa richesse en 2-quinoleines. Notre recherche s'est donc inscrite dans la continuite de ces premiers resultats. Dans une premiere partie, bibliographique, nous presentons les alcaloides, et plus particulierement les 2-quinoleines, alcaloides majoritairement contenus dans les extraits d'ecorces de tronc. La biosynthese ainsi que la synthese de ces molecules sont egalement abordees. Enfin, nous recapitulons les resultats obtenus par differentes equipes lors de l'etude de plusieurs especes de galipea. L'etude phytochimique, exposee en deuxieme partie, est consacree a nos travaux sur l'identification de vingt-et-un alcaloides de l'ecorce de tronc de galipea officinalis. Grace aux techniques spectrales actuelles telles que la spectrometrie de masse, l'ir, l'uv et la rmn ( 1h et 1 3c, hmqc, hmbc), nous avons caracterise sept alcaloides isoles dont deux tetrahydroquinoleines (l'angustureine et la galipeine), une 2-quinolone et une n-glycosylquinoleine. Tous ces alcaloides sont de nouvelles molecules naturelles. Furent egalement identifiees la candicine, alcaloide quaternaire tres connu dans les especes du genre fagara, ainsi que la galipinine et la cuspareine deja connues dans cette espece. L'huile essentielle contenue dans l'ecorce ainsi que la concrete et l'extrait chloroformique ont ete analyses par cpg couplee a la spectrometrie de masse ; ont ainsi ete identifies quatorze alcaloides (douze quinoleine et deux furoquinoleines), dont sept sont de nouvelles molecules naturelles. La troisieme partie est consacree a l'evaluation des potentialites biologiques de galipea officinalis et de ses alcaloides. L'activite antimalarique des extraits hexanique et chloroformique, ainsi que des deux alcaloides majoritaires (galipinine et cuspareine) a ete mise en evidence. . .