Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical humide : l'exemple du Bénin, diagnostic et modélisation

par Constant Houndenou

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jocelyne Pérard.

Soutenue en 1999

à Dijon , en partenariat avec Centre de Recherches de Climatologie (Dijon) (laboratoire) .

Le jury était composé de Jocelyne Pérard, Bernard Fontaine.

Les rapporteurs étaient Michel Boko, Yamna Djellouli.


  • Résumé

    A partir d'une approche systémique, on identifie la variabilité climatique sur la période 19311990 et on évalue ses conséquences agroclimatiques sur les indices de satisfaction des besoins en eau à chaque phénophase de deux variétés de maïs (cycle court de 90 jours et cycle long de 1. 20 jours) à l'aide d'un modèle de simulation de bilan hydrique des cultures. Le découpage de la période 1931-1990 en deux normales 1930-1960 et 1961-1990 montre que le Bénin traverse une péjoration climatique depuis deux décennies et que le climat béninien du sud a beaucoup plus varié que le climat soudanien au nord du pays. Cette péjoration climatique se manifeste par une réduction de la durée des saisons agricoles, une diminution du potentiel pluviométrique accompagnée d'une réduction du nombre de jours de pluie et une hausse des températures. La baisse de la pluviométrie couplée au réchauffement thermique et à l'action anthropique induit une dégradation du milieu écologique, une modification du bilan hydrique des cultures et un désarroi au niveau du monde paysan qui se réfère à la métaphysique pour expliquer le phénomène climatique. Le diagnostic agroclimatique de la culture du maïs dans ce contexte de péjoration climatique atteste une réduction des indices de satisfaction des besoins en eau du maïs précoce de 90 jours au cours de la deuxième saison des pluies au sud du Bénin. Ainsi, le risque de stress hydrique est permanent au sud-ouest du pays dans la zone littorale. Cette situation s'explique par le dérèglement du cycle pluviométrique saisonnier par rapport à la longueur du cycle végétatif du maïs à cycle court de 90 jours. En revanche, on ne note pas de modification importante des indices de stress agroclimatique pour le maïs de 120 jours sur les deux périodes. Au contraire cette variété de maïs se porte bien dans le Borgou car elle bénéficie surtout de l'arrière effet de la fumure du coton. Dans le sud, il bénéficie aussi de l'atténuation de la petite saison sèche intercalaire. Le dérèglement pluviométrique saisonnier et son corollaire la réduction de l'indice de satisfaction des besoins en eau, met la campagne agricole du maïs de la deuxième saison dans une situation inconfortable. Pour surmonter la péjoration climatique et pallier ses conséquences agronomiques, les agriculteurs adoptent des stratégies anti-risques en accord avec les agents d'encadrement du développement.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (390 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie 293 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T158

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Bibliothèque de géographie.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 1813
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.