Thèse soutenue

Entre terre et ciel. Les religieuses dans le diocèse de Bayeux au XVIIe et au XVIIIe siècles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Joëlle Allais
Direction : Pierre Gouhier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance en 1999
Etablissement(s) : Caen

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Au début du XVIIe siècle, l'action des milieux dévôts a permis la multiplication des communautés monastiques féminines dans un diocèse ou le protestantisme avait été important parmi la noblesse. A l'abbaye-aux-dames et à Saint-Laurent de Cordillon, fondés au Moyen âge, s'ajoutèrent des monastères issus des ordres de la reforme catholique mais aussi des ordres traditionnels. Les communautés s'implantèrent dans le diocèse grâce au soutien des notables locaux qui purent ainsi concilier dévotion et intérêts patrimoniaux. Les effectifs des religieuses augmentèrent jusqu'au début du XVIIIe siècle. A partir de 1720, le Jansénisme et les difficultés économiques, liées au système de Law, provoquèrent un ralentissement durable du recrutement qu'accompagna le retrait des élites traditionnelles. A la fin du siècle, les communautés se reconstituèrent par le recours à la bourgeoisie urbaine et aux élites paysannes. Les monastères de femmes, soumis à une clôture perpétuelle, s'organisaient en sociétés extérieures au monde. Les règles et les constitutions, particulières a chaque ordre, prévoyaient chaque instant de la vie matérielle et spirituelle. A la fin du XVIIIe siècle, malgré l'éloignement des élites les plus progressistes, la vie monastique féminine était encore acceptée et reconnue par une large partie de la société du diocèse, permettant sa reconstitution rapide et son expansion après la Révolution.