Thèse soutenue

Sur les marées de charges océaniques et leur observation par gravimétrie et interférométrie radar

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Muriel Llubes
Direction : Pierre Mazzega
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Oceanographie et Géophysique Interne
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Toulouse 3

Résumé

FR

L'attraction gravitationnelle luni-solaire genere sur la terre solide un bourrelet de deformation, d'amplitude decimetrique. Sur les oceans, cette attraction engendre des ondes pouvant atteindre plus de deux metres. Ces variations du niveau de la mer provoquent alors des deformations de la croute sous-jacente de quelques centimetres et affectent le champ de gravite terrestre : ce sont les marees de charge. La reponse de la terre depend des caracteristiques des differentes couches qui la constituent. Un modele realiste doit prendre en compte la rotation, la compressibilite, l'anelasticite et l'anisotropie de la terre. La deformation due a la charge est alors decrite par un systeme d'equations aux derivees ordinaires. Leur integration du centre de la terre vers la surface permet d'obtenir les nombres de love de charge. Cette approche sert ensuite a redefinir les fonctions de green entrant dans la prediction des effets de charge. Quinze modeles de maree oceanique ont ete recuperes, parmi lesquels certains sont issus de l'analyse de donnees altimetriques collectees par topex/poseidon. En calculant la difference entre l'effet de charge en gravite predit a l'aide d'un modele et la mesure obtenue par l'icet (international center for earth tide) en 289 stations, on trouve le vecteur residu permettant d'evaluer les performances relatives des modeles. Les meilleurs resultats ne sont pas toujours donnes par les modeles les plus recents, et des progres futurs peuvent encore etre esperes. Parallelement, un essai d'application du sar (synthetic aperture radar) a ete tente afin d'acceder au deplacement vertical de la surface sous la surcharge oceanique. La difference entre deux prises de vue decalees dans le temps conduit a l'apparition de franges d'interference correspondant a un deplacement de 28 mm. Une zone allant du cotentin a la rochelle a ete selectionnee dans ce but. La modelisation d'un interferogramme synthetique predit l'apparition d'une unique frange. Des problemes relatifs a la precision du modele numerique de terrain et aux erreurs d'orbites n'ont pas encore permis d'observer une deformation aussi faible. La demarche reste cependant valable et doit etre poursuivie pour realiser la premiere carte de la surcharge oceanique issue de l'observation.