Thèse soutenue

Analyse d'un élement déterminant de la gestion de patrimoine physique : l'entretien rénovation. Application économétrique au logement

FR
Auteur / Autrice : Agnès Thibault
Direction : Bernard Piganiol
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Paris 9

Mots clés

FR

Résumé

FR

Les marchés d'entretien rénovation des biens durables représentent un poids considérable dans l'économie française : ils pesaient en 1995 au moins 1 040 milliards de francs, soit 15% du PIB et 4% de la valeur du patrimoine physique national (évalué à 27 700 milliards de francs). Or, malgré leur importance, ces marchés ont fait l'objet de travaux économiques très marginaux. L'application de notre recherche à l'entretien du logement est à double titre intéressante. Par son poids économique (marché de 250 milliards de francs), son évolution intéresse de très nombreux acteurs (acteurs de la filière bâtiment et bricolage, acteurs de la politique publique. . . ) Et à travers son analyse, nous avons pu démontrer certains des mécanismes fondamentaux à l'origine de la demande d'entretien. Il y a lieu de différencier les segments de demande et le mode de réalisation des opérations d'entretien (recours à une entreprise extérieure et autoproduction), ces segments répondant à des dynamiques particulières. La demande d'entretien amélioration de logement des ménages adressée aux entreprises dépend du parc et des transactions sur le parc. La demande de bricolage dépend également du marché de l'occasion, mais est par ailleurs influencée positivement par le chômage (qui libère du temps pour bricoler dans son logement mais sans doute également pour le travail au noir. . . ). Enfin, les dépenses en travaux des HLM dépendent du patrimoine logement détenu et des ressources financières disponibles. A l'issue de cette recherche, il reste cependant des pistes à explorer, notamment sur le plan de la théorie financière appliquée aux décisions de gestion du logement locatif prive. Il y a à l'évidence des points communs entre le logement et les autres biens durables et certaines des conclusions trouvées quant à l'entretien du logement sont tout à fait applicables aux autres biens durables. Les particularités de ce secteur empêchent toutefois une généralisation totale.