Thèse soutenue

Fonctionnement et dynamique d'évolution de la société Luguru (Tanzanie) en période précoloniale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Luc Paul
Direction : Pierre-Philippe Rey
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Anthropologie
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Paris 8
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris VIII. Département d'anthropologie

Résumé

FR  |  
EN

Le fonctionnement et l'evolution historique de la societe luguru en periode precoloniale (1750-1900) sont decrits et analyses dans la perspective transdisciplinaire de l'anthropologie economique marxiste. Le travail repose essentiellement sur l'etude d'un fonds de traditions orales collectees par l'auteur sur le terrain, interprete de maniere critique par la mobilisation des disciplines que sont : l'histoire, l'ecologie, l'agronomie, la demographie, la socio-economie et l'anthropologie economique et politique. Les luguru sont issus d'un mouvement de peuplement de la tanzanie orientale qui s'origine au sud-ouest du pays, aux environs du lac nyasa, et debute au cours du xviiieme siecle. Un large front pionnier, constitue de communautes agricoles domestiques gynecostatiques, progresse lentement selon un axe sud-ouest/nord-est. Ces communautes sont organisees par des relations affines bilaterales quasi-exclusives : elles constituent des aires matrimoniales regroupant plusieurs lignages appartenant a deux clans affins. Ces aires se multiplient de proche en proche par un processus de segmentation-aggregation associe a un regime demographique singulier. La progression du front pionnier jusqu'au monts uluguru est cartographiee et interpretee au regard, d'une part, des contraintes agro-ecologiques propres au mode de mise en valeur du milieu pratique par les luguru, d'autre part, du fonctionnement politique des communautes. Le fonctionnement du systeme social luguru en periode pionniere est analyse. Il s'organise autour du principe prestataire/redistributif qui lie organiquement lesgenerations successives entre elles. Cependant, le gynecostatisme et la matrilinearite vraie qui le caracterise imposent a ce principe une forme originale. Le partage de l'autorite politique et economique, equilibre, mais non identique, entre les hommes-aines et les femmes-ainees justifie la qualification neologique du systeme par le terme "ambiarcal". La demonstration s'appuie sur la descriptionraisonnee des cycles viagers masculins et feminins. Enfin, les evolutions tardives (fin du xixeme siecle), essentiellement dues a des facteurs exogenes (commerce caravanier, contrecoups du mfecane zoulou) sont esquissees.