Thèse soutenue

Optimisation de la transfection des cellules du carcinome hépatocellulaire par les liposomes et augmentation de la cytotoxicité du système gène suicide / ganciclovir par co-transfert des gènes HSV-TK et connexine-43

FR
Auteur / Autrice : Abdel Ghoumari
Direction : Claude Soubrane
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie de la cellule normale et pathologique
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Paris 5
Jury : Président / Présidente : Yves Goussault
Examinateurs / Examinatrices : Yves Goussault, Fabien Calvo, Florence Colbère-Garapin, Georges-Anthony Marcel
Rapporteurs / Rapporteuses : Fabien Calvo, Florence Colbère-Garapin

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

Le cancer du foie représente l'une des pathologies qui se répand à une vitesse inquiétante. Les traitements anticancéreux classiques, malgré leur progrès, sont encore des traitements lourds et contraignants. La thérapie génique consistant, entre autres, a introduire des gènes suicides dans des cellules tumorales afin de les détruire représenterait une alternative souhaitable. Au long de notre étude, nous avons utilisé les liposomes (système non viral) pour le transfert du gène suicide hsv-tk dans les cellules de carcinome hépatocellulaire (CHC). Apres optimisation de ce système, nous avons traite ces cellules par le système hsv-tk/ganciclovir (GCV). Les résultats obtenus montrent que le liposome dotap est plus efficace que les autres liposomes testes, et que le plasmide porteur de deux copies du gène suicide hsv-tk induit, in vitro, une mortalité cellulaire supérieure à celle induite par le plasmide porteur d'une seule copie. En dépit d'un taux de transfection peu élevé, il à été observe que la majorité des cellules avoisinantes sont détruites : ce phénomène dénommé bystander effect ou effet de voisinage se traduit par la diffusion du GCV toxique à travers les jonctions gap. La connexine-43, constituant majeur de ces jonctions, est cotransférée avec le gène hsv-tk dans les cellules de CHC. La cytotoxicité liée à ce système est augmentée de 25 à 30% par rapport au système hsv-tk/gcv. L'étude in vivo consistait à reproduire les résultats obtenus in vitro. Ainsi, le traitement des tumeurs, établies chez des souris, par les systèmes hsv-tk/gcv ou hsv-tk/connexine-43/gcv permet la réduction du poids tumoral de 37 à 43% dans le premier cas et de 53% dans le second par rapport aux contrôles négatifs. Par ailleurs, nous avons observé que le gène hsv-tk régule positivement la protéine connexine-43 en induisant son expression et sa phosphorylation.