Thèse soutenue

Présence et préscience de la postmodernité : la question du sens de l'histoire dans l'œuvre de Morand

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Thierry Azzopardi
Direction : Jean-Yves Tadié
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature française
Date : Soutenance en 2000
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR

Enfant choyé, élevé entre Rodin et Oscar Wilde Paul Morand n'était pas préparé à subir les contrecoups de l'histoire. Dès le traité de Versailles qui suit la Seconde guerre mondiale, l'auteur, écrivain et diplomate, se pose nécessairement la question du sens de l'histoire. Remettant en cause les théories progressistes qui voudraient assigner un sens à l'histoire Morand préfère se référer à une idéologie plus conservatrice. Son œuvre reflète parfaitement l'évolution de cette pensée qui part de la frivolité des années 1920 avec ses premières nouvelles (Ouvert la nuit) pour aller vers une vision plus grave et pessimiste de l'existence (Venises). Notre auteur a su changer, mettre en mouvement sa représentation de l'histoire. Pour cette raison nous trouvons dans sa réflexion (puisque son œuvre comporte, plusieurs essais) les traces de notre pensée postmoderne. Paul Morand n'est-il pas un des premiers écrivains à remettre en question la modernité en limitant ce concept à une seule lecture de l'histoire ? Morand a su inventer d'autres vecteurs pour saisir la réalité historique. (la vitesse, l'argent, les passions, la violence, l'inconscient). N'est-ce pas ce qu'on appelle aujourd'hui l'histoire des mentalités ou la nouvelle histoire ? Paul Morand n'a-t-il pas pressenti la révolution copernicienne qui ne plaçait plus au centre de l'histoire cette modernité dérangeante, cette totalisation du futur, effrayante et fallacieuse ?