Vers une logique du temps sémantique : irréversibilité, mesure-quantique et processus de la représentation

par Pierre Uzan

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Michel Bitbol.

Soutenue en 1998

à Paris 1 .


  • Résumé

    L'irréversibilité n'est pas une propriété intrinsèque des "objets"-en-soi mais relève d'une théorie de la connaissance. Elle ne peut donc trouver à s'exprimer dans la conception réaliste du temps linéaire qui est sous-jacente à l'ensemble de la physique, conception selon laquelle "passé" et "futur" sont interchangeables. L'irréversibilité ne peut être "légalisée" que si l'on adopte la conception d'un temps relationnel constituant l'expression même du processus inter-subjectif de la représentation. Considérant, à partir des analyses de Bohr, l'opération de mesure dans le domaine quantique comme paradigme d'acte sémantique, nous élaborons d'abord une théorie du temps "quantique" où ce dernier est définie comme le processus d'enregistrement et de traitement, par la mémoire inter-subjective de l'observateur impersonnel, de l'"information" obtenue par des mesures. Dans les modèles arborescents de la théorie du temps quantique où la relation d'antériorité temporelle est définie à partir de la relation d'ordre partielle sur l'ensemble des états de la mémoire (les "instants" du temps quantique), l'irréversibilité peut alors trouver son expression : d'une part, grâce à l'anisotropie de ses modèles; d'autre part, en ce qu'une évaluation complète des quantités d'information nécessaires pour prédire l'évolution d'un phénomène est rendue possible. En outre, la notion de "mesure du temps" acquiert sa pleine signification: la notion de "durée caractéristique d'un phénomène" peut être interprétée de façon tout à fait universelle en terme de quantité d'information. Nous proposons enfin une généralisation de cette théorie : les actes sémantiques sont alors modélisés comme des "actes de langage" réalisables à l'aide d'une hypothétique "langue" universelle des signifiants humains; alors que notre univers symbolique est modélisé comme un "texte" écrit avec cette même "langue". Une "de-anthropisation" du processus de la représentation est aussi proposée. Nous ébauchons une esquisse de théorie du temps sémantique où ce dernier constitue l'expression générale du processus de la représentation. C'est à dire du processus de la connaissance du sujet, vide de tout contenu empirique et conçu de façon purement formelle comme l'ensemble des conditions de possibilité de "connaitre", et du sens, dont l'état est modélisé comme un "texte" universel écrit avec une "langue" archétypale.

  • Titre traduit

    Towards a logic of semantic time irreversibility : quantum measurement and the representation process


  • Résumé

    Irreversibility is not an intrinsic property of the "objects" but is answerable to a theory of knowledge. So it cannot be expressed in the realistic conception of linear time wich underlies the whole physics, conception according to wich the "past" and the "future" are interchangeables. Irreversibility can only be legalised in a conception of relationnel time constituing the actual expression of the inter-subjective process of representation. Considering, after the analyses of bohr, the quantum measurement operation as a paradigm of semantic act, we work out a theory of "quantum" time defined as the process of recording and processing, by the inter-subjective "memory" of the impersonal observer, of the "information" obtained by measures. In the arborescent models of the theory of quantum time where the temporal order relation is defined from the partial order on the ensemble of memory states,(the "instants" of the quantum time), the irreversibility can then find its expression: on the one hand, owing to the anisotropy of its models; on the other hand, because a complete estimate of the infomation quantities which are necessary to predict the evolution of a phenomenon is possible. Futhermore, the notion of "measure of time" can find its full meaning: the "characteristic duration" of a phenomenon can be explained universally with that of information quantity. Lastly, we propound a generalisation of this theory: the semantic acts are modelised as "speaking acts" realised on an hypothetical universal "language" of humain significans; and our symbolic universe is modelised as a "text" written with the same "language". A "de-anthropisation" of the process of representation is also proposed. We outline a theory of semantic time as the general process of representation. That is the process of the co-birth of the subject, without empirical content and formally conceived as the ensemble of the conditions of possibility to "know", and of the meaning, of wich the state is modelised as an universal "text" written with an archetypal "langage".

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Vers une logique du temps sémantique : irréversibilité, mesure-quantique et processus de la représentation


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (669 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 240 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Bibliothèque de Philosophie - Lettres anciennes.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : THESE 483
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 1824
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Presses universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : Vers une logique du temps sémantique : irréversibilité, mesure-quantique et processus de la représentation
  • Détails : 1 vol. (XI-658 p.)
  • ISBN : 2-284-01547-6
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.