Thèse soutenue

Indépendance et citoyenneté dans la république, selon Jefferson

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Annie Léchenet
Direction : Rose Goetz
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Nancy 2

Résumé

FR  |  
EN

La république, réalisation dans l'histoire du juste pouvoir d'auto-gouvernement des hommes, doit pour se maintenir être "démocratique", c'est-à-dire régir une société composée de producteurs indépendants, notamment d'agriculteurs, qui sont "les plus indépendants et les plus vertueux des citoyens". Irréaliste et idéologique d'un point de vue sociologique, cette affirmation a cependant un sens et un intérêt philosophiques : La propriété n'est qu'une loi sociale et le droit inhérent à la nature des hommes est celui de travailler la Terre pour assurer leur subsistance. La nature sociale et le sens moral inné, éclairés par la raison, montrent à l'individu que son véritable intérêt est convergent avec celui des autres ; et l'Amérique, Nouveau Monde exempt de l'inégalité, de l'oppression et de la misère engendrés par la féodalité, offre aux hommes la possibilité de réaliser leur droit à la poursuite du bonheur, par la république. En son concept, la république n'est pas le maintien de la paix entre différents intérêts divergents et représentés comme tel en son sein ; elle est plutôt l'élaboration du lien politique pacifique par les citoyens eux-mêmes, dans l'échelonnement de différents niveaux d'auto-gouvernement, et ce à partir de la justice et de la sécurité de leur statut et de leurs échanges sociaux et économiques, leur indépendance. Le gouvernement républicain ne peut donc être le masque d'une oligarchie, qui ne pourrait se maintenir que par la corruption de la société, mais celui qui assure aux citoyens la sécurité de leurs droits : jouissance de leur "industrie", instruction, libre débat, loisir.