Thèse soutenue

Etude géomorphologique du volcan Sunda-Tangkuban Parahu (Java-Indonésie) et évaluation des aléas volcaniques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Boedi Tjahjono
Direction : Guy CamusJean-Claude Thouret
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Clermont-Ferrand 2

Résumé

FR  |  
EN

Le Tangkuban Parahu (2084 m) est un édifice intra-caldérique du strato-volcan Sunda qui se situe à 17 km au nord de Bandung, à l’ouest de Java. Le Tangkuban Parahu est un volcan andésique calco-alcalin modérément à fortement potassique, et est le seul strato-volcan actif du massif quaternaire, appelé complexe de Sunda. L’évolution géomorphologique de cette région a été mis en évidence par la subsidence du complexe, des avalanches de débris le long de l’axe du complexe, les éruptions pliniennes/ignimbritiques du Sunda et le rejeu de la faille de Lembang du segment occidental. Le 1er évènement (0,51-0,105 MA) a formé le bassin et l’escarpement de faille de Lembang au sud du complexe, mais a plissé et chevauché les piémonts nord, formant le mont, le bassin et l’escarpement de pli-faille de Tangkuban Parahu. Le 2e (entre 0,51 et 0,105 MA, mais postérieurement au 1er), a laissé des cicatrices en fer à cheval. Le 3e (vers 0,105 et 0,05 MA) a formé des calderas au sommet et des plateaux ignimbritiques autour du volcan. Par ces éruptions majeures, la plupart de cette région est recouverte par des dépôts cendreux ; ils sont à présent profondément altérés. Le climat équatorial javanais permet au processus morphogénique de les creuser, formant des vallées profondes surimposées sur les plateaux en amont, ainsi que l’accumulation détritique en aval, formant des plaines alluviales. Le 4e (vers 0,024 MA) a fait réapparaître les anciens escarpements de faille composite. Depuis 2 siècles les éruptions phréatiques prédominent. Les aléas et risques érutifs futurs seront probablement d’origine phréatique ou phréatomagmatique. Cependant, les éruptions pliniennes du passé peuvent être récurrentes. Les coulées pyroclastiques et les déferlantes sont considérées comme les menaces directes les plus importantes