Thèse soutenue

Histoire, dévotion et culture à Naples, VIIIème-XIème siècles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Thomas Granier
Direction : Huguette Taviani-Carozzi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Aix-Marseille 1

Résumé

FR

L'etude definit les caracteres, l'evolution et la signification du culte des saints a naples du viiieme au xieme siecle, periode de l'independance du duche qui reunit la cite et les dioceses voisins. Le corpus aborde comprend les gesta episcoporum neapolitanorum du ixeme siecle et les sources hagiographiques. Il est confronte aux resultats de l'archeologie et aux documents d'archives. La definition du corpus et son classement chronologique revelent deux caracteres majeurs. L'etude exige l'examen des textes produits sur une periode plus large, du vieme au xiiieme siecle : des textes composes durant la periode utilisent ou completent des sources anterieures, ou sont a leur tour utilises ou completes par des textes posterieurs. Les ixeme-xeme siecles se distinguent par la traduction du grec d'un grand nombre de legendes. Le corpus est aborde dans une perspective culturelle : comment les hagiographes ecrivent ou recrivent, pour qui, ce que leur travail revele sur leurs idees et leur formation. La traduction de textes grecs, selon la methode ad sensum heritee de saint jerome, impose parfois le recours a des interpretes. Les traits communs aux auteurs debouchent sur la maturation d'une conception spirituelle de l'ecriture. L'hagiographie revelant les ideaux et les conceptions de la societe napolitaine, et en large majorite du milieu episcopal, c'est elle qui, en l'absence d'historiographie, fait l'histoire de la cite. La devotion ancienne, profonde et continue, envers le principal patron et protecteur de naples contre ses rivaux. Lombards voisins puis normands, saint janvier, occupe une place privilegiee, liee a la permanence des traits archaiques du culte : predominance de la saintete martyriale et preponderance du complexe cemeterial extraurbain jusque tard dans le xeme siecle. La maitrise des reliques et du culte permet la progressive affirmation de la saintete et de l'autorite de l'eveque ; exercee dans le cadre du duche, elle joue un role metropolitain et se fait l'agent d'une romanisation des pratiques meme avant l'elevation archiepiscopale de 969-990.