Thèse soutenue

Contribution à l'étude du contrôle neuroendocrinien de la stéroïdogénèse surrénalienne : effet et mécanisme d'action du CGRP

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maryse Esneu
Direction : Hubert Vaudry
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Rouen

Résumé

FR

Des études récentes montrent que des neuropeptides et neurotransmetteurs, libérés localement dans la glande surrénale joueraient un rôle important dans la régulation de l'activité des cellules corticosurrénaliennes. En raison de sa structure histologique particulière, la glande surrénale de grenouille constitue un excellent modèle pour étudier le rôle des facteurs locaux dans la stéroïdogénèse surrénalienne. Le but de ce travail était de mettre en évidence la présence du calcitonin gene-related peptide (CGRP) dans la surrénale de grenouille et de déterminer l'effet et le mécanisme d'action du peptide sur la stéroïdogénèse. Le peptide a été localisé dans des fibres nerveuses de la surrénale et caractérisé dans des extraits surrénaliens. In vitro, le CGRP synthétique de grenouille est un puissant stimulateur de la sécrétion des corticostéroïdes. Par ailleurs, l'amyline et l'adrénomédulline, deux peptides apparentes au CGRP, induisent une faible augmentation de la stéroïdogénèse alors que la calcitonine est totalement dépourvue d'effet. Une étude pharmacologique a permis de montrer que l'effet corticotrope du CGRP s'exerce par le biais de récepteurs CGRP2. L'étude du mécanisme de transduction montre que le CGRP active le système adénylyl cyclasique sans affecter les voies des phospholipases A2 et C. Enfin, l'intégrité du réseau microfilamentaire est indispensable à l'effet corticotrope du CGRP. En conclusion, le CGRP, libéré par les terminaisons nerveuses au voisinage des cellules corticosurrénaliennes, pourrait participer au contrôle de la stéroïdogénèse surrénalienne.