Thèse soutenue

Anthropologie des formes et des fonctions sociales de la mémoire : approche analytique des souvenirs individuels et collectifs de l'immigration italienne en France

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Chavanon
Direction : Alain Tarrius
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Perpignan

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La memoire, qui est un objet central en psychologie, n'attire que peu l'attention des sociologues. Aussi les modeles qui la decrivent insistent-ils davantage sur la memoire comme "activite mentale" que comme "activite sociale". Sur un plan theorique et methodologique, le travail vise donc a mettre a l'epreuve la validite de certains de ces modeles en les confrontant a des observations in vivo (conduites en dehors du cadre aseptise des protocoles de laboratoire). Dans une premiere partie de la these, ce sont les modes de transmission de la memoire familiale chez les familles immigrees qui sont explores. Qu'est-ce qui se transmet ou ne se transmet pas en fonction des generations concernees, selon les trajectoires socioprofessionnelles, selon les hommes et les femmes, etc. ? L'objectif est ici d'isoler quelques uns des facteurs sociaux qui interviennent dans la construction des memoires autobiographiques et familiales. Ensuite sont abordees les questions relatives au lien entre identite, memoire et lieux (territoires) dans une reflexion qui s'inscrit a la suite des travaux de maurice halbwachs, c'est a dire qui cherche a demontrer que le marquage des souvenirs sur le sol est un element capital de la memoire collective des groupes. Enfin c'est l'histoire de france comme forme supreme de la memoire collective officielle et institutionnelle qui est interrogee. Sont mis a jour quelques uns des processus qui concourent a l'eradication de la memoire des minoritaires et a la fabrication de souvenirs collectifs consensuels, dont la fonction invisible est de legitimer des rapports de domination.