Thèse soutenue

La Biélorussie : géographie historique et culturelle d'un espace sous influence

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yann Richard
Direction : Jean-Robert Pitte
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance en 1998
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR  |  
EN

Cette étude a pour objet de faire le bilan spatial de la période soviétique à partir de la géographie de la Biélorussie actuelle. Une bonne part de la presse et de l'opinion publique et de la presse internationales pense que la Biélorussie est un état totalement soviétisé et russifié. Mais cette vision est trop schématique et mérite d'être sensiblement nuancée. La période soviétique a permis la création d'un état territorial unifié et d'un espace économique homogène et cohérent, presque ex nihilo, grâce à la stabilisation des frontières, à la construction d'un dense réseau de transports et d'un véritable appareil industriel. A la veille des révolutions de 1917, rien ne laissait encore penser qu'un tel état ferait ici son apparition. La Biélorussie, telle qu'on la connait aujourd'hui, est littéralement une construction souhaitée par les soviétiques. On peut dire par conséquent que la soviétisation a globalement fonctionné, à l'échelle nationale. Mais une étude de détail de l'espace biélorussien prouve que souvent le projet soviétique n'a pas été réalisé. C'est en matière de politique urbaine que la soviétisation a été la plus radicale et la plus aboutie. Un réseau strictement hiérarchisé de villes et une trame remarquablement géométrique ont été créés de toutes pièces. En revanche, l'espace culturel reste traversé par les mêmes lignes de force et divisé par les mêmes contrastes qu'au XIXe siècle : dualité religieuse évidente, mosaïque des langues et des dialectes, inadéquation persistante de la géographie des langues et des nationalités déclarées. . . En ce qui concerne l'espace rural, la période soviétique a provoqué une mutation de la géographie des productions. Mais la géographie des formes de l'habitat rural se distingue par sa remarquable continuité depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours. Cette continuité géographique s'explique autant par des facteurs évènementiels que structurels, propres aux confins occidentaux de l'empire russe puis soviétique.