Thèse soutenue

Psychologie et intentionnalité : l'idée d'une psychologie phénoménologique dans l'oeuvre de Husserl et de Sartre

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Philippe Cabestan
Direction : Jacques Colette
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR  |  
EN

Les rapports de la phénoménologie et de la psychologie furent dès l'origine problématiques. La phénoménologie ne se réduit-elle pas à une psychologie honteuse ? Qu'est-ce qui distingue la phénoménologie de la psychologie ? Ne doit-on pas ménager à la psychologie phénoménologique une place spécifique distincte et de la phénoménologie transcendantale et de la psychologie moderne? Husserl s'est efforcé tout au long de son œuvre de répondre à ces différentes questions en développant l'idée d'une psychologie intentionnelle. Cependant, nous ne pensons pas qu'il y soit totalement parvenu, et nous avons tenté de montrer les difficultés que suscite dans l'œuvre du fondateur de la phénoménologie son attachement à une conception par trop cartésienne de la subjectivité intentionnelle. Tout en prolongeant le projet husserlien d'une psychologie phénoménologique, Sarthe nous en propose dans ses premiers travaux une remise en question fondée sur une réinterprétation de l'idée d'intentionnalité. Aussi est-elle au principe d'une autre anthropologie esquissée d'un point de vue onto-phénoménologique dans l'être et le néant. Bien que chronologiquement antérieur, l'imaginaire se présente alors comme une nouvelle phénoménologie de l'imagination qui mérite sans doute d'autant plus notre attention que Sartre s'attache à y décrire la conscience imageante dans toute sa diversité, qu'il s'agisse de la conscience onirique ou encore des différentes formes de conscience imageante pathologique. Mais, ce faisant, parce qu'il ne saurait renoncer au principe d'une absolue spontanéité ou liberté du pour-soi, Sartre échoue, nous semble-t-il, a rendre compte de la passivité, même apparente, de certaines consciences imageantes. Le projet d'une psychologie phénoménologique ne nous invite-t-il pas à son tour à reconsidérer une nouvelle fois le concept sinon scolastique du moins brentanien d'intentionnalité ?