Thèse soutenue

Corps sensibles, organes intelligibles : approches phénoménologiques du prélèvement et de la transplantation d'organes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marie-Laure Godefroy
Direction : Alain Gras
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Paris 1

Résumé

FR

Portés par les performances biomédicales, les tissus et les organes humains sont extraits des organismes individuels et circulent de corps en corps. Ces translations biophysiologiques intercorporelles sont liées à des réorganisations profondes des représentations du corps, de son étude et des techniques le concernant au sein des sociétés industrielles, et se situent dans un contexte où les développements de la recherche médicale et leurs multiples effets sociaux interagissent quasi-directement. L'interrogation centrale autour de laquelle s'organisent les développements de cette recherche peut se formuler de la façon suivante : les transplantations d'organes, les échanges intercorporels s'inscrivent-ils dans une trajectoire tendant vers une limite, le point "zéro" des échanges, le silence, la clôture; ou bien annoncent-ils la création d'un nouvel ordre symbolique ? Une approche historique et juridique nous a permis de dégager la dynamique qui a abouti à la mise en place du mouvement de circulation des organes jusqu'à la forme actuelle que prend cette technique biomédicale. Un deuxième axe de notre travail s'est organisé autour de la thématique du don à laquelle se réfère la majorité des acteurs engages dans ce type d'échanges. Ces échanges sont sous-tendus par des discours qui tendent à leur réinjecter du "sens" en cherchant à lire dans ces transferts biomédicaux anonymes l'expression d'une nouvelle socialité. Nous avons montré à ce propos qu'entre les échanges symboliques et les échanges biomédicaux passe une frontière qui sépare des représentations du corps humain bien différentes, frontière qui recouvre des distinctions plus fondamentales renvoyant aux ruptures épistémologiques sur lesquelles sont fondées les sociétés modernes. L'étude de ces nouvelles bases épistémologiques, notamment le grand modèle mécanique, nous a servi de point d'appui pour poursuivre notre démonstration concernant la puissance déstructurant du don d'organes qui inscrit une dualité entre chaque corps sensible, aimant, souffrant et limite par sa peau et son histoire, et les organes intelligibles qui cherchent à transcender ces limites. Conçus dans le champ plus large des combinatoires expérimentales, ces entités bio-intelligibles, "réelles-idéelles", semblent entrainer le corps des hommes vers un nouveau destin.