Thèse soutenue

La puissance des perceptions et perceptions de puissances : le nationalisme "vo͏̈lkisch",ethno-culturel, et la crise de juillet 1914

FR
Auteur / Autrice : Thomas Lindemann
Direction : Jean Klein
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La littérature sur les responsabilités et les origines du déclenchement de la première guerre mondiale est aujourd'hui tellement abondante qu'il semble hasardeux de vouloir encore éclairer un nouvel aspect de cette "catastrophe originale" (G. F. Kennan). Les historiens ont ramené le "brinkmanship" (politique au bord de l'abime) allemand pendant la crise de juillet surtout à des facteurs "objectifs" - les "structures". En revanche, peu d'attention a été accordée au rôle des mentalités belliqueuses et "nationalistes" dans le déclenchement du conflit. Notre travail démontre que le "jeu de poker" quelque peu désespéré des dirigeants allemands pendant la crise de juillet relevait moins des "contraintes" de la "réalité objective" que des "perceptions fausses" de celle-ci. Les complexes de menace des décideurs allemands et leur vision conflictuelle de la politique internationale s'inspiraient surtout des conceptions "volkisch" (l'unité organique de la nation, l'opposition "naturelle" entre germains, slaves et gaulois) et social-darwiniennes (la guerre en tant que moyen de sélection inéluctable, "puissance mondiale ou déclin", "espace vital", etc. ). Ces perceptions les incitèrent à développer un comportement conflictuel en déformant leur vision de la réalité et devenaient ainsi à leur tour des facteurs "objectifs" pour le déclenchement du conflit.