Thèse soutenue

Analyse économique du temps réduit indemnisé : chômage dans l'emploi et stabilisation de la relation d'emploi

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mathieu Béraud
Direction : François Michon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Paris 1

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La thèse a pour objet le chômage partiel. Cet instrument de la politique publique pour l'emploi présente une alternative au licenciement pour les entreprises connaissant des difficultés temporaires. Il permet aux entreprises de conserver leurs salaries durant les périodes de baisse de la demande, en jouant sur la durée du travail sans rompre le contrat de travail. Qualifié par le terme de "temps réduit indemnisé", nous analysons cet objet au regard de trois interrogations : pourquoi les entreprises ont-elles intérêt -ou sont-elles contraintes- de mobiliser plus ou moins durablement leur personnel ? Pour quelles raisons les entreprises ne choisissent-elles de ne pas se séparer de leur personnel (ou au contraire de le licencier) lorsqu'elles font face à des difficultés économiques? Quels sont les termes des arbitrages qui sont opérés entre gestion du temps de travail et gestion de l'emploi? Cette série d'interrogations nous entraine à étendre le champ de la réflexion à la relation d'emploi, et plus particulièrement au problème de la stabilité de la relation d'emploi. La thèse comprend trois parties. Dans la première partie, nous examinons le temps réduit indemnisé selon quatre dimensions : une dimension historique, une dimension légale et conventionnelle, une dimension comparative internationale (Allemagne, Grande-Bretagne et Italie) et une dimension statistique. Dans la deuxième partie, on utilise l'analyse économique pour voir comment les différents modèles issus de la théorie économique peuvent nous fournir un cadre pour intégrer et formaliser les règles et les institutions relatives au temps réduit indemnisé. L'examen des différentes analyses qui s'écartent toutes à des degrés divers du cadre standard nous permet de réunir les éléments pour construire notre propre grille d'interprétation des recours par les entreprises au temps réduit indemnisé au regard de la question de l'arbitrage entre temps de travail et emploi. La troisième partie caractérise les logiques et les variables explicatives qui déterminent les recours au temps réduit indemnisé. Bâtie sur la base d'une série d'enquêtes de type semi-monographique, notre analyse débouche sur une typologie des figures d'utilisateurs du temps réduit indemnisé.