Thèse soutenue

L'analyse économique de la politique du crédit dans un type d'économie d'endettement : le cas de l'Indonésie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marsuki Marsuki
Direction : Claude Berthomieu
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Nice

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L'indonesie peut etre qualifiee comme une economie d'endettement (etroitesse du marche des capitaux et role importance du systeme bancaire). Dans ce sens, le credit (et ligne de credit) est une source importante de liquidite pour les agents economiques et les banques sont de facon structurelle endettees aupres de la banque centrale. En indonesie, le controle monetaire implique souvent le controle du credit et vice-versa. Le taux de croissance de m2 est devenu une cible du controle pour atteindre les objectifs finals. Dans la premiere periode des plans quinquennaux (repelita), les autorites controlaient indirectement la creation monetaire par la politique des reserves obligatoires. Ensuite, avec l'accroissement des reserves en devises du systeme bancaire (elevation des prix petroliers) en 1973, le controle direct du credit a ete applique (encadrement et selectif du credit), ainsi que le controle des taux d'interet. Enfin, causee par la baisse du revenu petrolier au debut de 1980, une reforme financiere a ete executee en juin 1983. Depuis, la regulation monetaire a repose sur le controle de la base monetaire et du multiplicateur du credit, avec le taux d'interet comme instrument. Le degre d'efficacite de la politique du credit a ete mesure par des tests de correlation (analyse de la regression), de la previsibilite (test statistique de theil) et de la causalite (methode de sims) ; d'une part, entre l'objectif operationnel et l'objectif intermediaire (m2), et d'autre part entre ce dernier et les objectifs finals. Les resultats indiquent que les autorites monetaires n'ont eu un aucun controle sur le cible m2. Neanmoins, les tests d'efficacite du controle monetaire par rapport aux objectifs finals montrent des resultats satisfaisants : la variation de m2 et le credit ont une influence significative sur les evolutions du pib et du taux d'inflation et sur la repartition du revenu.