Thèse soutenue

L'hétérostylie dans l'archipel des Mascareignes : présence, maintien et évolution

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Thierry Pailler
Direction : John D. Thompson
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des organismes
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : La Réunion

Résumé

FR

L'hétérostylie est un polymorphisme floral qui implique le placement réciproque des stigmates et des anthères de deux (distylie) ou trois (tristylie) formes florales différentes. L'hétérostylie est généralement associée à un système d'incompatibilité hétéromorphe selon lequel un individu d'une forme florale n'est compatible qu'avec ceux de la forme opposée, soit avec la moitié des individus dans le cas des populations distylées et deux tiers pour les populations tristylées. Le nombre limite de partenaires compatibles serait une barrière à l'établissement des espèces hétérostylées sur les îles océaniques telles que Hawaii ou les Galapagos. Nos observations préliminaires indiquent que plusieurs espèces hétérostylées ont colonisé les Mascareignes indépendamment. Les objectifs de cette thèse sont : (1) de quantifier la distribution de l'hétérostylie au sein de la flore indigène des Mascareignes ainsi que les traits floraux et biologiques ayant pu faciliter l'établissement de ces espèces, (2) d'étudier le transfert de pollen d'une population naturelle de Gaertnera Vaginata afin de tester l'hypothèse selon laquelle l'hétérostylie favorise le transfert de pollen entre plantes de formes florales différentes. Aux Mascareignes, 27 espèces réparties dans 6 genres et 4 familles sont hétérostylées. Chez la famille des Linacées, la tristylie est décrite pour la première fois. La présence d'un système d'incompatibilité hétéromorphe chez les espèces de deux genres indique que ce caractère reproducteur n'est pas une contrainte au maintien de l'hétérostylie dans l'archipel. L'importance des traits écologiques pour l'établissement des espèces hétérostylées est discuté dans le contexte biogéographique des Mascareignes. L'étude du transfert de pollen effectuée chez Gaertnera Vaginata révèle une asymétrie du flux pollinique. Ceci a des implications importantes dans le maintien de la distylie chez G. Vaginata et la potentialité de l'évolution de la distylie vers la dioécie au sein du genre.