Thèse soutenue

Victor Segalen, retour à l'origine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Danielle Tréguer-Déniel
Direction : Jean Balcou
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature française
Date : Soutenance en 1997
Etablissement(s) : Brest

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR

L'oeuvre et la vie de Victor Segalen sont intimement mêlées, ce qui autorise à parler d'une "bio-poétique". L'oeuvre s'inscrit sous le signe d'une succession de cycles, correspondant à diverses étapes de sa vie, marquée par les départs de Brest, suivis par autant de retours à sa terre natale. La notion d'origine semble ordonner la quête incessante de Segalen, cet intérêt constant résidant peut-être dans l'énigme que constitue sa propre origine familiale. L'étude de son origine paternelle puis de son origine maternelle éclaire divers aspects de la vie et de l'oeuvre de l'écrivain. La Bretagne joue aussi un rôle important, et notamment Brest, ville où il est né le 14 janvier 1878, berceau de la jeunesse "casanière et éberluée", où il a formé ses goûts et sa culture, où il a connu l'amitié, où est née sa vocation de médecin de marine, Brest port d'attache enfin. Lors de son premier grand voyageen Polynésie, en 1903, il est fasciné par la civilisation maorie, qu'il découvre à un moment où elle a perdu sa force initiale et semble agoniser. La quête de la parole originelle constitue l'axe majeur du livre Les Immémoriaux, inspiré par ce séjour à Tahiti. C'est toujours la fascination pour un passé ancestral très reculé dans le temps qui attire Segalen vers la Chine. Dans la pierre des stèles ou de la statuaire, dans le sol de Chine, dans le fleuve, dans l'espace tout entier de l'immense orange, il cherche à retrouver la Chine des origines, symbolisée par l'Empereur, Fils du Ciel, qui lui inspire un de ses livres majeurs, avec d'autres livres du cycle chinois comme Stèles, René Leys, Thibet. Mais une vie "double, si ce n'est triple", menée pendant de longues années a épuisé les dernières forces de Segalen, qui revient mourir dans son Finistère natal, au coeur de la forêt légendaire du Huelgoat, le 21 mai 1919, accomplissant ainsi définitivement le retour à l'origine.