Thèse soutenue

Aspects de la musique à Saint-Louis de Saint-Cyr : la tragédie chrétienne au temps de Madame de Maintenon

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne Piéjus
Direction : Jean-Michel Vaccaro
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Musique et musicologie
Date : Soutenance en 1996
Etablissement(s) : Tours

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail étudie la place de la musique dans l'éducation des demoiselles de Saint-Cyr et dans leur théâtre musical, qui comprend cinq œuvres sur la période considérée : Esther (1689) et Athalie (1691) de Racine (musiques de J. -B. Moreau), Jephte de Boyer ou Testu (musique de C. Oudot, ca 1690), Judith anonyme et Jonathas de Duche de Vancy (ca 1700, musique de Moreau). Peu théorisée, la musique occupe une place de choix au plan social, par sa participation à des spectacles quasi-publics, qui visent à assurer la reconnaissance de l'institution. Elle prend place dans un répertoire tragique édifiant : intermittente, la musique s'enchâsse dans le texte déclamé selon des structures qui se simplifièrent avec le temps pour aboutir à la forme d'intermède en entracte. Cette alternance détermine une poétique tragique et musicale particulière : la musique, fonctionnelle, renforce l'expression du texte par son lyrisme et une esthétique de la simplicité qui privilégie l'intelligibilité et accentue la spiritualité du texte. Cette activité attira les critiques propres au débat sur la moralité du théâtre. Madame de Maintenon renonçai à la dimension spectaculaire seule en cause. Le statut esthétique et moral de la musique fut sauvé par sa fonctionnalité, et le genre perdura, comme le révèlent les sources manuscrites de l'institution, témoins de pratiques durables et variées.